5 raisons qui font que vous ne parvenez pas à changer de job, même si vous en avez envie

Vous avec un job depuis quelques temps. Il ne vous procure aucune satisfaction. De l’ennui peut-être. Cela n’a plus de sens, assurément, de continuer comme cela.

 

Quand nous vivons cette situation, nous aimerions TOUS, désespérément y échapper, mais nous n’y arriverons pas. Et ce, pour de bonnes raisons :

 

 

Premièrement, parce que nous nous ne connaissons pas bien

 

Nous avons tous des talents particuliers qui nous rendent uniques : négociateur, communicant, optimisateur, visionnaire, créatif,…

Et nous avons tous une façon bien à nous de l’exprimer : de façon structurés, conceptuelle, sociale ou encore analytique.

Mais nous n’en connaissons pas les détails parce que personne ne nous encourage à les chercher.

Nous pourrions demander à notre entourage…. Mais nos amis veulent juste être gentils et passer du bon temps avec nous. Bonjour la complaisance.

Et les personnes avec lesquelles nous travaillons, ne nous aiment peut-être pas et ne vont pas perdre leur temps à nous le dire.

 

Au final, nous nous retrouvons avec un niveau tellement faible de la compréhension que nous avons de nous-même, que nous n’avons aucun indice du job fait pour nous.

Une simple question devrait nous être posée en entretien de recrutement : 

 

Qu’est-ce qui vous met des étoiles dans les yeux ?

 

Mais c’est si difficile d’en connaitre la vraie réponse.

 

Idéalement, il faudrait se soumettre à une batterie de questionnaires, réfléchir à nos expériences passées et en tirer des leçons pertinentes, avant d’arriver à une conclusion.

Mais c’est si long et fatiguant…..

 

Alors, nous ne faisons rien et attendons que notre futur boss vienne frapper à notre porte pour nous annoncer que nous avons décrocher la timbale et que nous commençons dès lundi prochain….

Yeah… You wish….

 

 

Deuxièmement, nous ne sommes pas habitués à faire ce que l’on aime faire

 

Nous pensons que nous faisons ce que nous voulons, mais en réalité ce que nous faisons c’est répéter les schémas que nous avons toujours connus. Et la plupart du temps, il n’y a pas beaucoup d’étoiles qui brillent dans nos yeux.

 

Dans l’enfance, en plus des moments de pure joie où nous faisions ce qui nous rendait heureux, la majorité d’entre nous a connu des situations plus ou moins contraignantes : mettre la table, ranger sa chambre, faire ses devoirs, aller voir des personnes que nous n’aimions pas, jouer du piano pour faire plaisir à quelqu’un d’autre. Et ces situations nous apportaient de la frustration.

Et aujourd’hui, quoique nous disions, c’est exactement ce que nous cherchons. 

 

Cela explique pourquoi on ne se tourne pas vers des jobs dont les activités nous rendraient profondément heureux, qui utiliseraient nos vrais talents, et qui parfois prennent des allures de jobs simples.

 

Et pourquoi, à la place, on s’obstine à chercher, avec une énergie non dissimulée, des jobs qui inconsciemment vont générer des situations de frustration, qui nous sont si familières.

 

 

Troisièmement, être à la recherche d’un emploi c’est la honte

 

Il faut faire face aux journées vides, sans rendez-vous ou déjeuners professionnels.

Il faut avouer à ceux qui nous le demandent que nous n'avons pas d’activité professionnelle et que notre exigence attend le job fait pour nous.

 

Pas étonnant que nous voulons éviter à tout prix cette situation et que sautons sur le premier CDI qui se présente, même s’il est tout pourri.

 

 

Quatrièmement, écouter son intuition, c’est un luxe que nous ne pouvons pas nous permettre

 

Autrefois, on choisissait le métier de son père qui lui-même avait fait la même chose. Il s’agissait de perpétuer la tradition.

 

Maintenant, la société nous assène qu’il est possible de choisir sa carrière. Il est question de compétences et même de compétences « clés ». Celles que nous avons développées au cours de nos expériences. Pas besoin de chercher midi à quatorze heures.

 

Suivre son intuition, ce n’est pas professionnel. La façon la plus professionnelle de choisir un métier est de comparer ses compétences à celles que propose la fiche de poste et peut-être qu’à force de prendre sur soi, on trouvera un peu de magie à ce que l’on fait tous les jours.

Yeah…. You wish…..

 

 

Cinquièmement, nous voulons arrêter de penser que s’éclater dans son job, c’est possible

 

Car c’est un leurre. C’est un artifice de journalistes pour faire vendre leurs journaux, un mensonge de plus des DRH qui veulent nous embobiner, un discours de coachs illuminés qui ne connaissent pas la réalité.

Nous voulons arrêter de croire à ce gros mensonge que l’on nous sert régulièrement. C’est trop douloureux de constater que certains y parviennent mais pas nous. Alors, on prend le premier job qui se présente pour arrêter de souffrir. Et au passage, on critique bien haut et fort ceux qui sont montés dans le train !

 

 

Et c’est pourquoi vous finirez par rester dans votre job actuel qui ne vous plaît pas (plus).

 

 

Mais ce n’est pas vraiment de votre faute.

Personne ne vous a enseigné comment aborder les choses.

Personne ne vous a prévenu quand vous étiez enfant.

 

Et c’est pourquoi nous nous plantons. Toujours et encore.

 

Mais un Homme averti en vaut bien deux. Vous pouvez changer. Vous pouvez sortir de cette spirale infernale.

 

Il suffit d’ouvrir les yeux et de se renseigner auprès de ceux qui peuvent vous aider.